Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Odpc-pp

Odpc-pp

Développement professionnel continu des psychiatres privées

CONDUITES EXTRÊMES À L'ADOLESCENCE : Dispositifs et modalités d'une prévention des risques et des premiers soins

CONDUITES EXTRÊMES À L'ADOLESCENCE : Dispositifs et modalités d'une prévention des risques et des premiers soins

CONDUITES EXTRÊMES À L'ADOLESCENCE :
Dispositifs et modalités d'une prévention des risques et des premiers soins

 

Session n° 39732000003 -2
 
Vendredi 9 octobre 2020 de 17h00 à 20h00
 68 boulevard Richard-Lenoir à Paris 75011
 
Session animée par le Dr Thierry Delcourt 

 

Il suffit d’un rien pour que la vie d’un.e adolescent.e bascule : rupture sentimentale, humiliation, mise à l’épreuve du groupe adolescent, quête d’identité troublée par des situations de vie difficiles, mal-être biopsychosocial, mauvaise rencontre…
De nouvelles formes de violences se développent chez les ados, notamment par les réseaux sociaux qui banalisent ces actions et peuvent conduire les victimes au suicide. La mise en scène de soi, de sa souffrance, peut mener à des actions irrémédiables, tels l’autodestruction en direct qui fait le buzz.
Dans une société en mutation accélérée, l’adolescent.e peine à trouver sa place et son projet de vie. Comment exprime-t-il son malaise et ses souffrances ? L’accroissement des addictions de tous types (drogue, écrans, jeux, sexe), des conduites extrêmes, la dérive délinquante et l’engagement terroriste… Tout cela témoigne de ce désarroi et d’une quête d’identification, avec le risque de se perdre dans les affres de l’illusion de toute-puissance, d’une héroïsation et d’une destructivité contre l’autre et contre soi.
Pour le psychiatre, les questions sont : que faire, comment identifier le problème et faire face à ces risques ? Trouble, symptôme, souffrance, pathologie… il ne s'agit pas simplement d'une progressivité dans la gravité, mais de champs qui peuvent s'avérer différents : social, culturel, psychique, psychiatrique ou neuropsychiatrique. Parmi les troubles majoritaires chez les jeunes filles : trouble des conduites alimentaires, épreuves du corps, état anxieux et dépressif, suicide. Chez les garçons : addictions, désocialisation, troubles du comportement, trouble obsessionnel compulsif, état dépressif, suicide.
Les psychiatres doivent-ils s’en charger eux-mêmes, seuls ou associés à d’autres acteurs de la santé mentale, du social, de l’éducation, de la justice ? Comment répartir les actions de chacun entre les parents, le milieu scolaire, les ados entre eux, les psychiatres, les psychologues, les éducateurs-trices, les forces de sécurité ?
Chacun.e doit tenir son rôle sans confusion et dans le respect de l’adolescent.e, afin de comprendre, de cadrer, de soigner plutôt que le stigmatiser à cause de son comportement déviant. Cette attention permet d’anticiper la phase critique du passage à l’acte, de limiter sa brutalité et son imprévisibilité.
Heureusement, nombreux sont les ados qui vont bien et l’adolescence restera toujours un passage délicat qui oblige à franchir des épreuves multiples dans son corps, dans sa socialisation, dans sa sexualité, et donc des dangers à la mesure de sa mue et de ses obstacles. Si on constate que les ados sont de plus en plus nombreux.ses à être en souffrance, c’est aussi qu’ils/elles osent le dire et faire appel, mais aussi consulter des psys, parfois de leur propre initiative. 
Comment les psychiatres peuvent-ils agir pour les accompagner dans ce parcours d’obstacles et parfois d’errance, pour qu’ils-elles ne se mettent pas trop en danger, qu’ils-elles se trouvent dans leur vie, pour réussir à exprimer leur potentiel créatif que l’on doit réussir à révéler et à valoriser.
Thématiques et objectifs pédagogiques
Faire un état des lieux des risques, des dangers et des pathologies apparaissant à l’adolescence. Améliorer et actualiser les connaissances sur le développement psychique, les comportements à risque de l’adolescent.e.
Connaître les dispositifs adaptés à l’évolution des nouvelles technologies, à la qualité de la rencontre et la rapidité de la réponse préventive et clinique.
Acquérir ou développer le tripode de la prévention des risques à l’adolescence : culture, éducation et écoute.
Connaître la problématique des conduites radicales en lien avec les souffrances individuelles et sociales.
Savoir repérer la dimension pathologique d'une addiction, et identifier les conduites à risques.

 

Information et inscription :
www.mondpc.fr

ou

 

ODPC-PP
21, rue du Terrage
75010 Paris             
Tél : 01 43 46 25 55

E-mail : info@odpcpp.fr

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article